dimanche 31 décembre 2017

En attendant Bojangles ~ Olivier Bourdeaut

Résumé:
Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.

Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l'appartement. C'est elle qui n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.

Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.

L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

Mon avis:
Ce livre est une lecture scolaire. A première vue, je trouvais qu'il avait l'air très intéressant et vraiment originale. Je me suis empressé d'aller écouter la chanson "Mr Bojangles" de Nina Simone, qui nous donne le ton du roman et qui le berce du début jusqu'à la fin. 🎶

En débutant ce roman, durant les 50 premières pages, je l'ai vraiment trouvé bizarre. Il y a originalité et bizarrerie et là, ce n'était pas vraiment de l'originalité. Plus on avance dans le roman, plus on "s'immerge" dedans et on commence à l'apprécier de plus en plus car on comprend où l'auteur veut en venir. Les personnages sont tous très différents et tous des "originaux" 😂. La mère est la pire (on comprend après que son originalité, c'est plus de la folie..). 

On alterne entre différents chapitres: certains sont racontés par le fils qui nous montre vraiment tout sans jugement (il trouve ça normal, comme il a grandit dedans) et les points de vue du père. Un père qui n'est pas tout à fait "dupe", car il a beau essayé de se convaincre que tout va bien et tout est normal, il comprend qu'il y a quelque chose qui ne va pas chez sa femme 👩. C'est très intéressant de voir les différents points de vue.

L'auteur a une plume vraiment très poétique et elle rajoute un véritable plus au roman. De plus, le roman est vraiment d'une originalité rare, un peu comme du surréalisme. Personnellement, passé la première moitié, je ne pouvais plus lacher le roman car on est véritablement embarqué par cette danse. Il n'est pas long du tout (160 pages) donc il se lit vraiment très rapidement, je dirai même que cette danse se lit très rapidement. 👯

Par contre, l'auteur commence le livre avec une petite note où il nous dit que ce livre est une "autobiographie avec quelques mensonges" (en résumé aha, je n'ai pas le livre pour remettre la phrase exacte) mais, après quelques recherches, je peux vous dire que l'auteur assure que ce livre n'a absolument rien d'autobiographique. Bien-sûr, je ne lui souhaite pas la même vie qu'au petit garçon de l'histoire, mais j'avais vraiment l'impression que l'auteur nous livrait très poétiquement la maladie de sa mère. Ce n'est pas un point négatif bien-entendu, je ne vais quand même pas reprocher à l'auteur d'inventer sa propre histoire!

Ce livre est un magnifique roman sur la folie, écrit avec énormément de poésie. La fin est juste magnifique et m'a vraiment scotchée, c'est vraiment grâce à elle que je peux dire que ce roman est d'une très grande qualité. Je vous le conseille vraiment, même si le début est un peu bizarre (il faut s'accrocher) car il vaut le coup! 😀

Ma note: 15/20 Un livre très court et très poétique 💭

dimanche 17 décembre 2017

En finir avec Eddy Bellegueule ~ Edouard Louis

Résumé:
"Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d'entendre ma mère dire Qu'est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J'étais déjà loin, je n'appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j'ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l'odeur de colza, très forte à ce moment de l'année. Toute la nuit fut consacrée à l'élaboration de ma nouvelle vie loin d'ici."

En vérité, l'insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n'a été que seconde. Car avant de m'insurger contre le monde de mon enfance, c'est le monde de mon enfance qui s'est insurgé contre moi. Très vite j'ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n'ai pas eu d'autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.

Mon avis:
J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture scolaire. A première vue, il me tentait car je n'ai pas du tout l'habitude de lire des choses comme ça. De plus, ce livre est une autobiographie alors c'est très intéressant.

Eddy Bellegueule, c'est lui. Enfin, c'est lui quand il était enfant. Eddy Bellegueule a changé de nom pour changer de vie, pour oublier son enfance, pour s'appeler Édouard Louis. On découvre dans ce livre le récit de son enfance et il nous en livre tous les moments, tous les affreux moments. Car son enfance n'était pas très joyeuse. Eddy est efféminé et ses proches, son village ne veulent pas l'accepter. On se moque de lui mais pas que, les coups, les crachats fusent...

Ce roman est écrit avec une plume très très simple comme dans une encyclopédie (les titres des chapitres rappellent aussi, à mon avis, une encyclopédie avec des titres comme pour des articles de celle-ci). Il n'y a pas d'exercice de style, car la seule chose voulue est de relater les faits. Les paroles de la mère ou des autres habitants sont écrites en italique pour les détacher du texte car elles sont dans un langage très "campagnard".

Venons en à mon vraie avis... que je n'arrive pas vraiment à forger. Il faut savoir que tout est écrit dans un langage vraiment cru et c'est super dérangeant. Vraiment, j'ai été dégouté à plein d'endroits, endroits où j'ai sauté des lignes car ça ne m'apportait rien. Les évènements sont vraiment très dérangeant et on se pose une question tout le long du livre "Est-ce possible?". De plus, j'avais un peu envie de lui dire, "Dit, il n'y a pas au moins une chose positive de ton enfance?" Oui, je sais qu'il ne va pas raconter que son enfance était magnifique car ce n'est pas le but du livre, mais il peut au moins mettre un passage positif... 😒

Edouard Louis revendique ce livre comme totalement biographique mais... sa famille dit le contraire. En même temps, elle ne va peut-être pas tout affirmer comme c'est un peu dégradant pour elle mais j'ai quand même des doutes sur la véracité des propos en voyant la véritable façon dont sa maman parle. Enfin, ce n'est qu'une parenthèse car ça ne modifie pas spécialement la qualité de son livre.

Ce livre ne m'a pas spécialement plu, mais je ne peux pas dire qu'il est mauvais. L'histoire est très intéressante et c'est la "sienne" et ce livre montre une "classe sociale" qu'on ne connait pas beaucoup car il n'y a pas beaucoup de livre sur celle-ci. Par contre, les propos m'ont souvent dérangée, la façon d'écrire de l'auteur aussi... Un avis très mitigé, je ne peux pas vous le déconseiller car il y a quelques éléments positifs. Je ne comprend tout de même pas vraiment l'engouement autour de ce livre (par contre, je comprends la polémique (s'il y a) )

Ma note: 13.5/20 Je suis déçue de ce livre mais je ne peux pas le déconseiller 👎


dimanche 3 décembre 2017

Idaho ~ Andria Williams

Résumé:
Etats-Unis, 1959. Lorsque Paul est muté à Idaho Falls, sa femme, Natalie, et leurs deux petites filles s’installent avec lui dans une base militaire au milieu du désert. Au cœur de cette communauté isolée, il est difficile de se lier d’amitié et dangereux de se faire des ennemis. Dans un climat étouffant de secrets et de trahison, leur mariage résistera-t-il aux tensions qui montent inexorablement ?

Mon avis:
Quand j'ai vu ce livre à la bibliothèque, il a aussitôt attiré mon regard. La couverture est juste magnifique et le titre, écrit en très grand en plein milieu de la couverture,  "Idaho" m'intriguait beaucoup. Qu'est ce que cela signifie? En lisant le quatrième de couverture, on se rend compte qu'il s'agit d'une ville des États-Unis, Idaho Falls. Ce livre me tentait encore plus car j'adore lire des livres sur les États-Unis des années 60. 😍

Ce livre commence par une scène qui nous intrigue un peu, elle est triste, directement, et nous mets un peu dans l'histoire avec les dangers du réacteurs. Puis, ensuite, se passe une deuxième scène. Celle-ci est bien différente: c'est une scène de bonheur pure. Ce procédé est très intriguant et on se demande un peu dès le début qu'elle va être le ton de l'histoire. Durant tout le roman, on oscille un peu entre ces deux genres de scène: du bonheur et du malheur, des tensions et des éclats de rire... 😦

J'ai beaucoup aimé les personnages. Paul, le personnage masculin principal, est très énigmatique. On apprend à le connaître tout au long du livre mais, quand on ferme ce bouquin, on se rend compte qu'on n'a pas vraiment réussi à le cerner totalement. Natalie, sa femme, est un peu tout son contraire. Elle n'est pas vraiment réservé, elle a quasiment tout le temps la joie de vivre... 😝 Et, dans ce bouquin, on nous met vraiment face à une réalité: la condition des femmes dans les années 60 aux États-Unis. Il y a plusieurs exemples de ce phénomène dans le livre et je suis bien contente que les temps ont changé (enfin, tout n'est pas encore gagné). J'ai beaucoup apprécié aussi les filles de Nat et de Paul qui sont trop trop mignonnes. Et parlons de Esrom... C'est un personnage assez mystérieux et on se demande vraiment comment l'histoire va évoluer avec lui.😅

Ce roman raconte un peu plusieurs histoires en une. Il y a l'histoire des différents personnages et donc un roman avec une histoire d'amour, etc. puis une histoire sur le nucléaire et donc le travail de Paul. On voit vraiment le début du nucléaire et c'est assez intéressant d'avoir réuni les deux dans une seule histoire. Je vous avoue bien que je me suis beaucoup plus focalisé sur l'histoire avec les différents personnages et tout ce qui en découle: dispute, amour, amitié... 😂 Aussi, on découvre les relations difficiles dans ce village (exclusivement militaire) où tout le monde parle dans le dos de tout le monde... J'ai aussi adoré que ce roman soit raconté du point de vue de plusieurs narrateurs. Celui qui est le plus "surprenant" est celui de Jeannie. On découvre qui est vraiment la "madame parfaite", l'épouse du colonel Richards. 💁

Et il ne faut pas oublié l'élément qui sublime ce magnifique roman: la plume de l'auteure! Elle est juste magnifique et ça a été un plaisir de lire tout ce roman (en fait, j'ai même lu plus de 200 pages un même jour, oups). 😓

Pour ceux qui l'ont lu, je vous conseille de relire la première page. En ré-ouvrant le bouquin pour ma critique, j'avais complétement oublié ce 1er passage. 😉

En conclusion, j'ai juste adoré ce roman et c'est un véritable coup de coeur. C'est une plongée complète dans les Etats-Unis des années 60 et paticulièrement dans une petite ville (ou base militaire), Idaho. On s'attache rapidement aux différents personnages qui sont bien décrits par la magnifique plume de Andria Williams. On ne sait pas lâcher ce roman et je vous le conseille pleinement 💘

Ma note: 18/20 Un roman coup de coeur, très original, recommandé!

dimanche 19 novembre 2017

The curious incident of the dog in the night-time ~ Mark Haddon

 
🇬🇧 Livre lu en anglais 🇬🇧

Résumé:
Il a 15 ans et s'appelle Christopher Boone. Il excelle en mathématiques et adore Sherlock Holmes. Il aime les diagrammes, les listes, la vérité. Il ne supporte pas qu'on le touche. Pour lui, 4 voitures rouges à la file sont synonymes de Bonne Journée; 3 voitures rouges : d'une Assez Bonne Journée ; 5 voitures rouges : d'une Super Bonne Journée. Il est autiste et porte en lui une part de génie. Quand un jour, Christophe apprend que Wellington, le caniche de sa voisine, a été assassiné, il décide de mener l'enquête qui va lui permettre d'arracher au passé l'énigme de sa propre histoire. Et de nous la raconter...

Mon avis:
J'ai lu ce livre dans la version anglaise dont le titre est "The curious incident of the dog in the night-time" pour mon cours d'anglais, donc c'est une lecture scolaire. 🇬🇧 Avant de l'entamer, j'avais très envie de le lire car il me semblait vraiment très original et son narrateur est un garçon de 15 ans atteint du syndrome d'Asperger, qui est une forme d'autisme. Ma critique sera en deux parties: je donnerai d'abord mon avis puis, je parlerai de ma lecture en anglais et de son niveau de difficulté. 💢

Dès le début du livre, on est plongé dans quelque chose de tout à fait différent. Au niveau de la forme, les chapitres ne sont pas numérotés de façon traditionnelle (1,2,3...) mais bien d'une différente façon (1,3,5,7,11...) et le narrateur ne nous explique qu'après quelques chapitres la raison, ce sont des nombres premiers. J'ai trouvé ça vraiment très original et ça change des autres livres. Second point d'originalité, il y a énormément de descriptions. C'est dû au fait que notre narrateur, Christopher, est atteint d'une forme d'autisme: le syndrome d'Asperger. Christopher est très intelligent mais il ne comprend pas vraiment tout au niveau "sentimental". 😓 Les descriptions m'ont vraiment fait rire et ça ne m'a pas du tout dérangé, je n'ai pas du tout trouvé ça lassant (ce n'est pas tout au long du livre) car c'est fait d'une façon assez "mignonne". On sait tout d'un lieu et j'ai trouvé ça plutôt intéressant, il y a même parfois des petits dessins ou des plans d'un lieu. 💫

En ce qui concerne les personnages, j'ai beaucoup aimé Christopher. Je l'ai trouvé vraiment très attachant et on le découvre à travers l'histoire d'une "enquête". On découvre aussi ses parents et chaque personnage évolue au fil du roman. J'ai vraiment pu imaginer chaque personnage. 👪

L'auteur nous raconte une histoire déjà assez original dès le début. On peut croire que l'histoire n'est "que" l'enquête sur qui a tué le chien Wellington, mais ça évolue très vite. Ce roman évoque après plusieurs sujets: les parents, le mensonge, la différence... d'une manière "inhabituelle". 😋

Au niveau de la lecture en anglais, notre professeur nous a donné pour commencé l'année un livre un peu plus facile sans qu'il soit abrégé. Je ne sais pas si je l'aurai autant apprécié en français car je pense qu'il est un peu plus enfantin. Le vocabulaire choisi est en général assez facile sans être basique et la conception du roman avec des chapitres courts accompagnés de dessins fait que ce n'est pas du tout décourageant. Personnellement, j'ai un assez bon niveau d'anglais et je l'ai trouvé assez facile (sans l'être beaucoup trop) et je n'ai quasiment pas dû aller voir de mots au dictionnaire. De plus, il n'est pas trop long ce qui est un point positif. Ce roman peut être idéal comme "premier roman" en anglais et est adapté à partir d'un niveau plutôt bon. 💭


Ma note: 17.5/20 J'ai adoré ce livre, très belle et originale histoire : coup de coeur

dimanche 5 novembre 2017

De tes nouvelles ~ Agnès Ledig

Résumé:
Valentine, institutrice dans un village vosgien, avait vu entrer dans sa vie Eric, meurtri par la mort de sa femme, et sa fille Anna Nina. Devenus amants, Eric et elle se sont séparés, incertains de leurs sentiments. Le veuf inconsolable est cependant revenu avec sa fille et la fondation d'une nouvelle famille semble être une évidence. Mais une présence masculine inattendue vient semer le trouble.

Mon avis:
J'aurai souhaité dire "Si vous suivez un peu le blog, vous connaissez ma passion pour Agnès Ledig" mais oups 😒, les deux livres que j'ai lu d'elle ("Pars avec lui" et Marie d'en haut") ne sont pas critiqués sur le blog (Sorryyy). Petit résumé: j'adore cette auteure et ces livre sont juste exceptionnelles. Ici, il s'agit de "De tes nouvelles", son dernier livre sorti tout récemment qui est en fait... un tome 2! Et oui, j'ai encore fait la même gaffe, lire le tome 2 avant le 1 (double oups 😂).

Dans ce livre, on (re)trouve Valentine et Eric, deux personnages tout à fait différent. Valentine, c'est un peu une campagnarde (😄) dans le sens où elle fait tout elle même, elle a des relations très proches avec les autres et puis Eric, lui, vivait dans une espèce de caravane depuis la mort de sa femme. Et après, il y a Anna-Nina, petite fille très très (trop..?) éveillé pour son âge et super mignonne. J'ai trouvé ces trois personnages principaux super mignons et attachants. Mais il ne faut pas oublier Gustave, qui a été réellement mon préféré. Il est le 'grand-père' de Valentine et il est vraiment très attachant, j'ai juste adoré l'histoire qu'il a vécu qu'on découvre au fur et à mesure du roman (c'est même ma partie préféré de ce livre! ). J'ai aussi bien aimé Gaël, le meilleur ami de Valentine, que j'ai bien aimé "accompagné" dans sa perte de poids. Chaque personnage a un lien avec tous les autre et ça, j'ai trouvé ça très bien.

En ce qui concerne la plume d'Agnès Ledig, j'ai été moins touché que dans le livre précédent. Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais l'impression que certains éléments de son écriture "spéciale" étaient sur-joués ce qui ne m'a pas trop plu. Par contre, il y a comme dans tous ces livres de magnifiques citations (dans le sens que certaines phrases, particulièrement sur l'amour, sont juste super émouvantes).

Pour l'histoire en général, j'ai bien aimé les différentes parties (chacun a en fait sa petite histoire) qui ne faisait qu'un par la suite sauf celle avec Yann. Elle est clairement superflue, pas du tout exploitée et ça m'a plus dérangé qu'autre chose, c'est vraiment dommage! Ma préféré est, comme dit précédemment, celle de Gustave (qui m'a fait même pleuré!). La fin est vraiment super surprenante et je ne m'attendais pas du tout à cette évènement (je ne spoil rien aha).

Encore une fois, merci à Agnès Ledig pour cette jolie histoire mais elle m'a moins plu que ces autres romans! J'ai quand même vraiment adoré mais ce n'est pas un coup de coeur à cause de l'histoire de Yann et de son écriture parfois un peu lourde. Je vais bien sûr lire le tome 1 maintenant (oui, je lis dans l'ordre logique moi) et je me réjouis de lire d'autres livres de cette merveilleuse auteure. Si vous n'en avez encore jamais lu, foncez!

Ma note: 17/20 Un sublime roman mais pas le meilleur de Agnès Ledig

mercredi 25 octobre 2017

Comment vivre en héros? ~ Fabrice Humbert #MRL17

Résumé:
Tristan Rivière a été élevé par son père, ouvrier et militant communiste, dans l'idée qu'il devait être un héros. Malheureusement, à l'âge de seize ans, à la première occasion qui lui est accordée de prouver son courage, il s'enfuit. Après dix années de remords et d'humiliation, Tristan se retrouve dans un train au moment où une jeune femme est agressée par une bande. Et la peur d'autrefois l'envahit. Va-t-il enfin se montrer à la hauteur ? Suivant sa réaction, sa vie prendra des directions entièrement différentes... Roman des vies possibles, de ces moments qui décident d'une existence, interrogation aussi sur le couple et la constance de l'amour, Comment vivre en héros ? décrit de façon ironique et tragique le rêve de l'héroïsme et de la pureté dans les sociétés modernes

Mon avis:
Tout d'abord, je tiens à remercier Price Minister-Rakuten car j'ai lu ce livre dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire 2017. Je suis vraiment super contente d'avoir reçu ce livre, qui était mon deuxième choix, car j'adore ces éditions là (je trouve l'objet du livre en soi, trop classe dans ces éditions-là ahaha) et le résumé m'intriguait. 😙

Tout d'abord, parlons des personnages. Le personnage principal est Tristan, on le suit tout au long de sa vie mais pour ma part, je ne me suis pas spécialement attaché à lui. Il est un peu un personnage banal, tout à fait normal et je l'ai bien aimé mais sans plus. Puis il y a Marie, personnage féminin le plus important, que j'ai bien aimé. En ce qui concerne les deux enfants de Tristan, j'ai bien aimé son fils mais beaucoup moins sa fille, même si aucun personnage n'était réellement attachant. 😠

En ce qui concerne l'histoire, le livre s'articule en trois parties: l'enfance de Tristan, sa vie et puis une troisième partie un peu plus spéciale. Dans la première, nous comprenons le désir d'héroïsme de Tristan. Il a abandonné son entraineur de boxe dans un espèce d'affrontement dans le métro et il s'en veut terriblement. Il veut à tout prix se rattraper et c'est là qu'arrive la deuxième partie. Celle-ci est la partie plus longue concerne les fameuses 38 secondes, 38 secondes avec lesquelles Tristan peut sauver quelqu'un ou ne pas le sauver. Tout le livre s'articule en fait autour de ces 38 secondes et j'ai trouvé ça plutôt intéressant. 😳 Par contre, j'ai trouvé que les parties étaient parfois un peu brouillon et j'avais du mal à distinguer "la réalité de la fiction". 😅

Ce qui est très intéressant dans ce livre, c'est qu'il y a plusieurs petites histoires en une. On a des histoires de l'enfance de Tristan, des histoires sur ses enfants, sur sa femme...  Aussi, j'ai bien aimé la plume de l'auteur mais sans plus. Elle se concentre sur l'essentiel et il n'y a rien de superflu. 😶

La troisième partie est complétement différente et on a une impression de "tout va mal". J'ai beaucoup aimé la fin qui est clairement à part et qui est vraiment très prenante, on a envie de savoir la suite pour enfin arriver à la toute fin, la chute. 😉

Comme vous l'aurez compris, je ne suis pas totalement convaincu par ce livre. L'auteur nous livre un portrait du héros qui, en fait, n'en est pas un ce qui est vraiment intéressant mais, malheureusement, avec beaucoup d'éparpillements qui ne m'ont pas plu. C'est un livre que je pourrai, par contre, relire plus tard pour savoir si mon avis a changé, car je suis peut-être trop jeune pour comprendre certains passages comme par exemple ceux de politique. Même si je ne suis pas particulièrement convaincue, c'est un lecture qui a été plaisante et dont j'ai beaucoup aimé plusieurs passages. Je suis contente de l'avoir lu même s'il ne me marquera pas plus que ça. 😀

Ma note: 14,5/20 Une lecture plaisante mais sans plus 😊

#MRL17

dimanche 8 octobre 2017

Au bonheur des Dames ~ Emile Zola

Résumé:
Octave Mouret affole les femmes de désir. Son grand magasin parisien, Au Bonheur des Dames, est un paradis pour les sens. Les tissus s'amoncellent, éblouissants, délicats, de faille ou de soie. Tout ce qu'une femme peut acheter en 1883, Octave Mouret le vend, avec des techniques révolutionnaires. Le succès est immense. Mais ce bazar est une catastrophe pour le quartier, les petits commerces meurent, les spéculations immobilières se multiplient. Et le personnel connaît une vie d'enfer. Denise échoue de Valognes dans cette fournaise, démunie mais tenace. Zola fait de la jeune fille et de son puissant patron amoureux d'elle le symbole du modernisme et des crises qu'il suscite. Zola plonge le lecteur dans un bain de foule érotique. Personne ne pourra plus entrer dans un grand magasin sans ressentir ce que Zola raconte avec génie : les fourmillements de la vie.

Mon avis:
Pour le cours de français, j'ai dû lire un roman de Zola au choix entre "Au bonheur des dames" et "Germinal". J'ai choisi de lire "Au bonheur des dames" (comme vous vous en doutez aha, sinon ma critique ne porterait pas sur celui-ci) car il m'attirait plus, c'est une thématique (les grands magasins) que j'aime beaucoup et j'avais très envie de voir leur naissance. 👶

Denise, une jeune fille de la campagne, échoue dans la grande capitale française pour trouver un travail, pour nourrir ses frères et elle-même. Elle débarque chez son oncle, propriétaire d'une petite boutique qui ne peut pas la prendre comme vendeuse : il n'y a aucun travail pour elle. Elle tente donc sa chance au grand magasin d'en face dont le propriétaire est Octave Mouret, un homme dont le seul but est de mener les femmes "à la baguette" avec tous ses vêtements et autres qu'il propose. Denise est engagé et c'est le début d'une aventure horrible, au début en tout cas, pour elle, mais elle est obligé d'y rester si elle veut survivre... On suit donc Denise mais pas que, à travers son regard, on comprend tout l'essor des grands magasins et bien sûr, le déclin des petites boutiques... 👎

Par où commencer ma critique? Les personnages. J'ai beaucoup aimé les différentes personnes que ce soit Denise, dont j'ai bien aimé la façon de penser, Pauline, sa seule "amie", et même Octave Mouret, qu'on découvre au fur et à mesure du roman. Je ne me suis pas réellement attaché aux personnages mais ils ne servent pas à cela, les personnages sont juste là pour évoluer dans un décor qui a toute son importance. Les personnages sont, par contre, tous choisi pour une raison et ils ont tous leur utilité. 👪

En ce qui concerne la plume du grand Zola, je l'ai beaucoup apprécié pour beaucoup de raisons: elle est très fluide et facile à lire (je n'ai eu aucun mal à lire le livre, je l'ai lu comme si c'était un roman du 21e siècle..) mais elle reste très jolie. Par contre, on lui reproche un trop grand nombre de description... Pour ça, je suis partagée car au début, ça ne me dérangeait pas du tout mais vers la fin, ça devient un peu lassant d'avoir toujours les descriptions de chaque tissu.. Au bout de 500 pages, ça devient peut-être un peu trop aha. Enfin, sa plume faisait très très bien ressortir ce qu'il voulait évoquer (par exemple, l'abondance de tissus et d'objet est tellement bien décrite!!) 💥

J'ai beaucoup aimé découvrir cette face de l'histoire (pas si éloigné en somme) et j'ai trouvé ce roman très intéressant. On retrouve vraiment une réelle opposition entre le côté des grandes boutiques et les petits magasins et on a le ressenti de chaque côté. Il y a une réelle évolution super intéressante des grands magasins et on découvre tout ce qui a été mis en place au fur et à mesure. En plus, il y a des relations très intéressantes (il faut toujours une histoire d'amour dans un roman pour moi ahaha) et ça a donné un peu plus de vivant au récit. 💘

Pour conclure, c'est une très très belle "découverte" (peut-on parler de découverte pour un si grand auteur? Ahaha) pour ce livre qui se lit très facilement. J'ai beaucoup aimé les différentes histoires et la plume de Zola, ça m'a réellement donné envie de lire, par moi même, d'autres Zola comme par exemple "Germinal" ou "Nana". Je vous le recommande réellement! 💫

Ma note: 16/20 Très contente d'avoir découvert ce grand classique. A lire!!! 😁